Le  27 janvier 2015,  soixante dixième anniversaire de la libération  du camp d’Auschwitz.  Marie Drucker, entourée de plusieurs journalistes, commente  l’événement à la télévision en direct toute  la journée. Prises de paroles se  succèdent jusqu’à tard dans la soirée. L’entrée du camp  est aménagé en un vaste hall, couvert d'un dôme en toile. Des spots éclairent le site d’une lueur bleutée :  une vision onirique .

Lors d'un voyage en Pologne, Il y a quelques années, le circuit  « le long de la Vistule » nous a conduit jusqu’à   Zakopane, situé  à quelques kilomètres d’Auschwitz. Je n’avais pas souhaité quitter le groupe pour faire le détour.  Presque tous les  Présidents de la Ve République française s'y sont rendus. On peut lire leurs impressions griffonnées sur un registre mis à leur disposition . L’écrivain Adrien Le Bihan qui en a fait éditer un recueil, préfacé par Pierre Vidal-Naquet

graffiti

(1) passe la plupart des signataires « au crible  de son analyse féroce et percutante. Charles de Gaulle,  échappe à ses  commentaires grinçants…."Le stylo à la main devant la page blanche,   le Général  est resté silencieux de longs instants avant de trouver les mots ». Finalement mécontent de son message. « Il signa et data, paraissant vieilli, et dépassé par tout ce qu’il venait de voir. ».

 Tourgueniev (2) exprima sa compassion lorsque des pogroms (3) de juifs éclatèrent en Russie.  Dans un courrier à un ami, il déclare » Le seul moyen d’arrêter ces atrocités serait  une parole forte prononcée par le tsar et que le peuple entendrait dans les églises… » . Udemi siècle plus tard, l’Histoire se répète sur une échelle mondiale  - pas de parole forte de la part des Alliés, ni même des Autorités religieuses.

 Patrick Modiano s’est soucié d’une jeune fille juive (4) victime des persécutions raciales orchestrées par le Maréchal Pétain. Dans l’ouvrage qu’il lui consacre, il livre ses interrogations et rend compte de ses démarches vis-à-vis des administrations. L'écrivain relève « la superposition de certains éléments de sa vie sur celle de Dora Bruder ».

dora bruder

 

En 2002, j'ai pu obtenir les fiches de la Préfecture de mon oncle Furcajg Moszek et sa famille  (5). 

mur des noms

arrêtée à leur adresse 14, rue Demarquay . Ma cousine, adolescente de 13 ans qui s'appelait Marie FURCAJG fréquentait l’Ecole  39, rue de l’Arqueduc. Mon oncle avait aussi une deuxième fille, mariée à Hermann Gordon , arrêtée avec son mari et son enfant de six mois.Paris_10e_Rue_de_l'Aqueduc_Rue_Demarquay_80 (1)

 Mon cousin Maurice Polar, qui avait oublié le patronyme d'une famille proche, n'avait pu avoir de réponse quant à leur sort lors de nos recherches en 2002. Il avait été témoin des arrestations qui ont débuté à  6 h du matin dans le passage des Fours-à-Chaux. Ses parents ont quitté le Passage  encadrés par la Police française, le 16 juillet 1942 en même temps que tous les juifs logés au 5 et 7. Serge Karlsfed qui répond encore ajourd'hui au téléphone pour apporter de l'aide m'a permis d'identifier les Kwiat.  Le Mémorial de la Schoah m'a informée de leur sort. Dans son édition du  27 mars 2015, "Le Monde des Livres" publie les bonnes feuilles des "Mémoires" de Beate et Serge Klarsfeld. "Serge né en 1935 est resté orphelin lorsque son père fut raflé sous ses yeux  à Nice"  pour un aller sans retour...En 1979, il a fondé l'Association des Fils et Filles des déportés juifs de France, dont l'énorme travail de recensement a permis aux familles d'identifier leurs chers disparus  parmi les milliers de personnes déportées, tels que les Kwiatt arrêtés à leur domicile 7 Passage dee Fours-à-chaux . A l'occasion de la sortie de leur livre "Mémoires", Serge et Beate Karsfeld furent invités jeudi 2 avril  par François Busnel  à l'émission "La Grande Librairie" 

Mendel KWIAT (1897) et son épouse Etla KWIAT (1898) déportés dans le convoi n°13 du 31 juillet 1942 à partir du camp de transit de Pithiviers (5)

 

13 7 août 1942 Camp de Pithiviers

1 049

H et F

146 enfants

   

 

Abram, leur fils, déporté dans le convoi n°4 du 25 juin 1942

 

4 25 juin 1942 Camp de Pithiviers

999

H et F

       

  

Sura (leur fille 1924 ) déportée dans le convoi N°16 du 7 août 1942   

16 7 août 1942 Camp de Pithiviers

1 069

H et F

298

enfants

    794
gazés à l'arrivée

 Renée née le 9 janvier 1939 est décédée le 5 septembre 1942 dans le camp d'internement de Drancy.

J’entendais souvent ma mère répéter  ‘Passage des Fours à Chaud » sans savoir que nous y avions habité quelques temps , alors qu'elle était seule, mon père s'étant engagé en 1940. Le Passage des Fours-à-Chaux a été rasé; il ne reste que la plaque.

                                                             Passage des Fours-à-Chaux

Passage_des_Fours-à-Chaux,_Paris,_1913

Par chance, au moment des arrestations de juillet 1942, nous habitions à Blanc-Mesnil en Seine et Oise. Mon père avait acheté un terrain et construit une baraque. La gendarmerie s'est présentée sur les lieux alors que nous venions de nous enfuir. Maurice Polar et sa maman avait réussi à passer entre les mailles du filet. Ils ont fait le trajet jusqu'à Blanc-Mesnil pour nous presser de fuir. Témoins de la rafle Passage des fours-à-Chaud, Dina Polar a su persuader mon père de partir le jour même et de ne laisser personne derrière lui. 

  -------------------------------------------------------------------------------

  1. Pierre Pierre Vidal-Naquetdal-Naquet ( 1930_2006) . Son enfance est marquée par la déportation de ses parents à Auschwitz . Combat avec rigueur le négationnisme et les « Assassins de la mémoire ».

  2. Tourgueniev - Écrivain russe (1818-Bougival 1883)   - biographie d'Henri Troyat P.226 

  3. C'est dans l'Empire russe au XIXe siècle qu'il faut chercher l'origine de la diffusion de ce mot « pogrom ». Du fait même de l'occurrence de nombreux pogroms en Russie; le mot russe pour désigner ces actions est passé dans toutes les langues européennes

  4. Dora Bruder , édité chez Folio 3 février 2006 ; a fait l'objet d'une étude de Joëm Dubosclard chez "PROFIL"
  5. Cette liste est issue du Mémorial de la déportation des Juifs de France dressé par Serge et Beate Klarsfeld (1re édition 1978, 2e édition 2012)
  6. Sur le blog, lire les textes  20/09/2014 : "Un toit à l'abri des tempêtes "; 9/06/2010 "Un enfant dans la tourmente"; 06/06/2010 "Une visite qui s'est fait attendre"". 28/05/2010 "Un soldat de la Wehrmacht"09/05/2010 "Un père en question"26/08/2010 "Mon père l'antihéros""; 16/08/2010 "Plaque du sou venir". "Sauvetage d'une famille" 27 septembre 2014. Simon Wiesenthal 7mai 2010.