Maître de la peinture historique, Vassily Sourikov occupe une place de choix dans la culture russe. Né en 1848 à Krasnoïski, mort en 1916 à Moscou, Sourikov consacre son oeuvre aux grands évènements de la Russie . L'intérieur d'une Isba représente Alexandre Danilovitch Menchikov, haut personnage au temps de  Pierre 1er (1672-1729). A la suite d'une intrigue de cour, il est exilé en Sibérie avec ses trois enfants, pour le restant de ses jours,  par décret de Pierre II. Ses immenses richesse sont confisquées.Son épouse meurt pendant le voyage.

L'atmosphère de la masure ainsi que les trois personnages éveillent des réminiscences personnelles. Le tableau m'a inspiré un poème. (les mots en caractères gras on été imposés),

 

isba A travers la fenêtre sans rideau, une lueur blafarde

Eclaire faiblement l'intérieur de l'isba.

Sur une étagère, Les icones veillent.

Autour de la table, trois enfants autour du père

dont le visage austère exprime la détermination

Des  hommes que le destin accable.

L'enfant tient un crayon entre ses doigts transis.

Il dessine un aigle aux ailes déployées.

Il cherche avec passion à le rendre vrai,  

Conforme à son rêve. Dans l'effort

Des larmes perlent au bord de ses paupières.

Sa soeur aînée est penchée sur le Grand Livre Sacrée

Largement ouvert,  éclairé d'un bougeoir d'argent,

Vestige d'une opulence perdue, comme le tapis à ses pieds,

Comme sa jupe chatoyante et la veste cintrée bordée d'hermine. 

Dehors, une blancheur spectrale. L'éternité...

La nature pétrifiée. Rien ne bouge.

LE PENDU

La cadette, la tête appuyée au creux de sa main.

Contemple l'image d'un Tarot très ancien : 

Un homme pendu à une poutre par les pieds.

Le père, rompant le silence,   interroge :

- Quel est donc le message, ma fille?

- Le Pendu explique la jeune fille avec simplicité.

"Parabole du sacrifice librement consenti.

"Nous devons nous y soumettre, Père.

"Les médecins ont englouti notre fortune

"Mais n'ont pas sauvé notre mère.

Maintenant, nous sommes pauvres en biens,

"Mais riches des souvenirs que nous avons d'elle". 

L'enfant s'étonne de ce mot  "parabole" . 

Sa soeur improvise un conte

Que tous écoutent avec grande attention

"Dans une forêt profonde vit un bouleau, solitaire.

Il s'élève haut dans le ciel et voit des choses

Que que les humains ne voient pas.

Il n'a d'ami que ton aigle, Sacha."

Les yeux de l'enfant s'illuminent. Il s'exclame : 

"Comme les sives!" Ils volent très haut dans le ciel 

Et sont aussi amis des bouleaux".

On sourit à l'enfant sans relever le propos.

Soudain, il s'attriste. Maman n'aimait pas

Qu'il imagine des choses qui n'existent pas.

Mais il n'y a plus de maman; il ne sera pas grondé.

Il regarde le  père du coin de l'oeil et se rassure.

 

L'homme est loin ; il ne  voit plus son fils.

Son regard sombre dans l'abîme d'une âme tourmentée.

Les deux soeur retournent à leur méditation.

L'enfant retourne à son rêve.

 --------------------------------------------------------------------------------------

LAME XII - Tarot de Visconti-Forza  Italien XVème s. 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

*