En mai 1933, après l'accession d'Hitler au pouvoir, de nombreux écrivains et artistes s'expatrient en France, destination Sanary, près de Toulon. Certains y séjournent quelques semaines, d'autres des mois, quelques-uns des années. Franz Hessel a soixante ans lorsque Aldous Huxley qui possédait  depuis 1929 une villa à Sanary et qui travaillait désormais pour Hollywood,  l'invite à séjourner sur les bords de la Méditerranée. Franz Hessel retrouve de nombreux amis dans ce petit village. Malade des suites de son internement au camp des  Miles*, il meurt en 1941. Franz et son fils Ulrich s'étaient retrouvés derrière les barbelés en compagnie de trois mille cinq cents autres détenus. Parmi eux se trouvaient d'autres "apatrides" , des anciens des Brigades internationales de la guerre d'Espagne, et des Juifs de l'Europe de l'Est. Après son évacuation, Franz Hessel est épuisé , les fatigues et les privations endurées au camp lui sont fatales, son coeur est malade.

EXIL EN PARADIS

La vie à Sanary a été racontée par Manfred Klügge dans  "Exil en paradis", comme une petite colonie d'intellectuels concentrant le génie des lettres en langue allemande dans le périmètre d'une modeste localité alors inconnue tous. Un paragraphe intitulé "Autour de Franz Hessel"  le présente comme celui qui rassemble les plus grands esprits de l'époque.  L'Allemagne lui doit les versions en allemand de Balzac, Baudelaire, Stendhal, Julien Green et bien d'autres. La traduction de Proust "A la recherche du temps perdu" lui donne l'occasion de collaborer avec Walter Benjamin, un intellectuel juif, tiraillé entre Marxisme et Judaïsme,  fortement influencé par son ami de toujours Gershom Scholem . "Le Monde des Livres" publie un article "Scholem-Benjamen : l'exil et l'amitié", à propos d'un recueil de correspondances entre les deux amis.Leur destin diverge lorsque Gershom Scholem émigre en Palestine pour se consacrer à l'étude de l'Hébreux et mettre en chantier son ouvrage "Les grands courants de la mystique juive"

De son coté, Hannah Arendt fait paraître une brève analyse  "Walter Benjamin - 1892-1940",  alors que les Editions "Pluriel" publient en 2001 les souvenirs de Gershom cholem "Walter Benjamin, histoire d'une amitié".La correspndance de Walter Benjamin témoigne à plusieurs reprises des liens qui l'unissaient à Franz Hessel. Il éprouvait à son égard un mélange d'admiration et de fascination, comme tout ceux qui l'aprochèrent.

Le fils de Franz, Stephane Hessel, jeune homme de 24 ans, en route pour rejoindre les "Forces Françaises Libres" à Londres, via l'Algérie, est sans doute l'un des derniers à avoir vu Walter Benjamin vivant, en été 1940.  Dans un entretien récent avec Laure Adler , il évoque un homme complètement abattu, meurtri et désespéré. Bejamin se suicide à Port Bou, alors que traqué par les nazis, il était sur le point de passer la frontière espagnole.

Un personnage fut à l'origine d'une troublante affaire. Henri-Pierre Roché, critique d'art et écrivain. Dans un roman édité en 1927, il reconstitue son aventure amoureuse triangulaire avec le couple Franz et Helen Hessel. François Truffaut éprouva une manière de coup de foudre lorsqu'il découvrit le livre en 1955. Il fut le confident de H.P. Roché et réalisa le chef-d'oeuvre cinématographique que nous connaissons , lui donnant le titre de "Jules et Jim", 

destin croisé

Helen Hessel épousa H.P.Roche en 1922.  Elle mourut à 96 ans. Elle fut enchantée du film de Truffaut,  sorti en 1962.

--------------------------------------------------------------------------------------

*Le camp des Milles était un camp d'internement et de déportation français, ouvert en septembre 1939, dans une usine désaffectée, une tuilerie, au hameau des Milles sur le territoire de la commune d'Aix-en-Provence. Wikipédia